Glossaire

  • Activités non manufacturières (revenus provenant des)
    Appelées aussi « Autres revenus. » Les établissements de fabrication peuvent s'adonner à des activités non manufacturières et recevoir en échange des revenus, par exemple :
    • la vente des biens achetés pour la revente (demeurés dans le même état);
    • les revenus provenant de la location de produits manufacturés, de machines ou d'outillage, et de biens immobiliers;
    • les revenus provenant d'activités des propres salariés de l'établissement :
    • les revenus provenant de la prestation de services;
    • les commissions de vente;
    • les revenus d'activités d'expédition à contrat;
    • les revenus provenant de l'exploitation de cafétérias;
    • les travaux d'installation ou de construction externes sans liens avec les propres produits de l'établissement;
    • la vente de matériaux usagés
    • la recherche et le développement;
    • les honoraires et redevances de franchisage
  • Catégorie d'effectifs
    Les catégories d'effectifs dans la base de données sur la Structure des industries canadiennes ont été regroupées dans les Statistiques relatives à l'industrie canadienne.
    Les catégories d'effectifs suivantes s'appliquent a tous les entreprises :
    Micro-entreprise 1-4 employés
    Petite entreprise 5-99 employés
    Moyenne entreprise 100-499 employés
    Grande entreprise 500 employés et plus

  • Classe industrielle
    Correspond au code à cinq chiffres prévu dans le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord de 2007 (SCIAN).
  • Classe industrielle nationale
    Correspond au code à six chiffres prévu dans le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord de 2007 (SCIAN).

  • Coût du combustible et de l'électricité
    Il s'agit du coût de l'électricité, de l'eau et de l'énergie achetées et consommées uniquement à des fins énergétiques, pour les activités manufacturières et autres. Cela englobe le cas de tous les véhicules, des activités des usines et des bureaux, et de toute unité de soutien faisant partie de l'établissement. Tout combustible acheté à titre d'intrant dans le processus de fabrication, à titre d'aliment du bétail ou de matière à transformer (le pétrole brut destiné à être raffiné, pour donner de l'essence, par exemple) ou à d'autres fins non énergétiques est exclu.

  • Coût des matières et fournitures
    Le coût total de l'ensemble des intrants manufacturiers achetés, possédés et utilisés dans le cadre d'activités manufacturières. Seuls les produits de base et les biens matériels sont déclarés; le coût des services et les frais généraux sont exclus. Le coût des matières et fournitures englobe :
    • l'achat de matières premières et composants (y compris tout combustible utilisé à des fins non énergétiques);
    • les contenants et matières d'expédition;
    • le coût des fournitures utilisées pour exploiter, entretenir et réparer les bâtiments et les équipements;
    • les sommes versées à d'autres services au sein de l'établissement pour travaux faits sur les matières que possède l'établissement.
    • éléments exclus :
    • le coût des services et les frais généraux, par exemple pour la publicité, l'assurance, la dépréciation, les intérêts et les services contractuels;
    • la TPS;
    • le combustible utilisé uniquement à des fins énergétiques.

  • Cycle économique
    Le cycle économique sont périodique mais irrégulier, un mouvement qui descend et monte durant les activités économique. Le cycle économique à deux phases : récession et expansion. Durant une récession le vrais PIB descend et les ressources comme main-d'ôuvre et capital ne sont pas utilisé à leurs plein potentiel.
  • Dépenses d'immobilisations en construction pour les bâtiments et les travaux de génie
    Définition servant au rassemblement des données sur les investissements en capital, par type d'avoirs. Les dépenses d'immobilisations en construction pour les bâtiments et les travaux de génie englobent les dépenses touchant les éléments suivants :
    • les usines de fabrication;
    • les entrepôts;
    • les immeubles de bureaux;
    • le coût de la démolition de bâtiments, le raccordement aux services publics et la préparation du sol;
    • les rajouts à des travaux en chantier;
    • tous les coûts liés à la planification et à la conception préalables à la construction, par exemple les honoraires d'ingénieurs et de consultants, ainsi que tout matériel fourni, pour installation, à des entrepreneurs en construction.

    Le coût de toute machine et de tout élément de matériel dans la mesure où; il fait partie intégrante de la structure (ascenseurs, matériel de chauffage, gicleurs, réglage des paramètres d'ambiance, intercoms, etc.) est déclaré comme élément du coût de la structure en question, tout comme les coûts liés à l'aménagement paysager, au stationnement et autres éléments de cette nature.

  • Dépréciation des actifs
    Valeur associée à l'usure des biens matériels (bâtiments, machines et matériel) découlant de l'utilisation qui en est faite pour la production de biens et de services. Il existe diverses formules de dépréciation, dont l'amortissement linéaire, l'amortissement hyperbolique (décalé) et l'amortissement infini.

  • Dollars courants
    Les mesures renvoient au prix courant demandé pendant la période dont il est question.

  • Dollars enchaînés
    Adoptée par Statistique Canada et qui tient compte des fluctuations des prix relatifs et de la composition de la production au fil du temps. Dans les Statistiques relatives à l'industrie canadienne, le produit intérieur brut réel (PIB réel) est présenté en dollars enchaînés.

  • Données sur le commerce en direct
    Données sur le commerce en direct offre gratuitement des données sur le commerce international pour aider votre entreprise à :
    • trouver de nouveaux marchés d'exportation;
    • évaluer la concurrence par rapport à vos produits;
    • cerner les possibilités de substitution des importations sur le marché canadien;
    • analyser le marché canadien pour les industries manufacturières.
  • Employé administratif
    Terme identique à employé exerçant des activités non liées à la fabrication. Ce terme désigne tous les employés de direction, d'administration et de bureau ainsi que le personnel des ventes. Il s'applique aussi aux employés inscrits sur la liste de paye de l'établissement et qui exercent des activités non liées à la fabrication dans les secteurs suivants : cafétérias ou comptoirs de restaurant exploités par l'établissement; nouvelles constructions, réparations majeures ou modifications d'immeubles, machinerie et équipement pour l'usage de l'établissement, lorsque les frais de travaux de ce genre sont imputables aux comptes d'immobilisations.

  • Employé de la production
    Les employés de production comprennent tous les employés qui travaillent directement dans les opérations de fabrication telles que:
    • traitement et d'assemblage;
    • entreposage, la manutention, l'emballage, l'entreposage, etc;
    • inspection (y compris le contrôle de qualité);
    • entretien, réparation, conciergerie et services de gardien;
    • l'érection ou l'installation pour les clients lorsque ce travail est effectué dans le prolongement des activités de fabrication et ne constitue pas un établissement distinct;
    • contremaîtres qui font un travail semblable à celui des employés qu'ils supervisent;
    Si l'entreprise dirige l'établissement, les employés travaillant dans une cafétéria ou comme compteurs de restaurant sont considérés comme des ouvriers de la production. Les travailleurs de la tête administratives ou exécutives des ventes ou des bureaux de service sont considérés comme des employés administratifs.

  • Employeur (type d'établissement)
    L'employeur s'entend d'un établissement où; le nombre total d'employés est égal à un travailleur régulier ou plus. Ne sont pas des travailleurs réguliers :
    • Les travailleurs contractuels (ne sont pas inscrits sur la liste de paye d'un établissement);
    • Les pensionnés de l'entreprise;
    • Les propriétaires-exploitants, les propriétaires et les partenaires des entreprises non constituées;
    • Les personnes travaillant entièrement à commission pour lesquelles l'établissement ne tient pas de caisse de retraite et ne verse pas de contributions à l'assurance-emploi;
    • Les administrateurs externes d'entreprises constituées en société.

  • Entreprise
    Le modèle statistique normalisé mis au point par Statistique Canada dans le cas des enquêtes auprès des entreprises consiste en une hiérarchie d'entités statistiques comportant quatre sous-catégories : l'entreprise, la compagnie, l'établissement et l'emplacement. Chaque sous-catégorie est liée à une catégorie ou un niveau particulier de données économiques. L'entreprise (au sommet de la hiérarchie) est associée à un ensemble complet d'états financiers. L'entreprise, en tant qu'unité statistique, est l'unité organisationnelle d'une firme qui dirige et contrôle l'affectation de ressources relatives à ses activités nationales et pour laquelle on établit des états financiers et des bilans consolidés à partir desquels il est possible de tirer des renseignements sur les transactions internationales, la situation des investissements internationaux et la situation financière générale de l'entité.

  • Établissement
    Le modèle statistique normalisé mis au point par Statistique Canada dans le cas des enquêtes auprès des entreprises consiste en une hiérarchie d'entités statistiques comportant quatre sous-catégories : l'entreprise, la compagnie, l'établissement et l'emplacement. Chaque sous-catégorie est liée à une catégorie ou un niveau particulier de données économiques.
    L'établissement (troisième niveau dans la hiérarchie) est le niveau auquel on trouve les données comptables nécessaires pour mesurer la production (ressources principales, revenus, salaires et traitements). L'établissement, en tant qu'unité statistique, est l'unité de production la plus homogène pour laquelle la firme tient des documents comptables desquels peuvent être tirées des données sur la valeur brute de la production (ventes totales ou expéditions, et stocks), le coût des matières premières et des services ainsi que la main-d'oeuvre et le capital utilisés dans la production.
    En général, l'établissement correspond à une division, à une usine ou à une manufacture. Toutefois, l'établissement peut comprendre plus d'une installation si les dossiers comptables ne permettent pas de produire des rapports distincts pour chacune d'elles. Un établissement peut aussi comprendre des unités auxiliaires ou des unités de soutien, telles que des bureaux de ventes ou des entrepôts.
  • Heures moyennes de travail par semaine (par employé)
    Le nombre moyen d'heures de travail par semaine par employé de la production se défini en divisant le total annuel des heures de travail (heures payées) par 52 et par le nombre d'employé.
  • Investissement en capital
    Les investissements en capital sont des dépenses brutes en immobilisations destinées aux activités d’un établissement ou destinées à être données en location. Elles comprennent :
    • le coût de tous les nouveaux bâtiments, des travaux d’ingénierie et du matériel et de l’outillage dont la durée de vie dépasse normalement un an et qui sont comptabilisés dans des comptes d’immobilisations
    • les modifications, les ajouts et les rénovations majeures
    • les coûts en capital tels que ceux des études de faisabilité, des honoraires d’architecte, d’avocat ou d’ingénieur, des frais d’installation
    • les subventions
    • les frais d’intérêt capitalisés sur les emprunts ayant servi à financer les projets d’immobilisations
    • les travaux exécutés par la main-d’œuvre propre d’un établissement
    • les ajouts aux travaux en cours
    Les données sur l’investissement en capital sont exprimées en dollars courants. L’investissement accumulé constitue une mesure brute puisque l’amortissement n’est pas déduit des investissements.

  • Indice de productivité du travail
    En termes simples, la productivité du travail est un extrant mesuré en tant que produit intérieur brut (en dollars chaînés) par nombre d'heures travaillées dans le secteur commercial. La productivité du travail découlant duPIB réel est présentée comme un indice de manière à éviter les problèmes méthodologiques associés aux comparaisons de niveaux.

  • Intensité manufacturière
    L’intensité manufacturière s’entend du ratio de la valeur ajoutée manufacturière aux livraisons manufacturières.
  • Niveau de vie
    La formule la plus souvent utilisée pour calculer le niveau de vie d'un pays est le produit intérieur brut par habitant (par personne). Bon nombre d'indices ont cependant été créés afin que d'autres facteurs qui contribuent au niveau de vie d'un pays soient pris en compte, notamment le taux de mortalité infantile, l'espérance de vie, le taux de fertilité, l'alphabétisation et l'instruction.
  • Petite et moyenne entreprise (PME)
    L'établissement qui emploie en moyenne moins de 500 personnes pour une année donnée. Pour obtenir de l'information relative aux catégories des petites et moyennes entreprises, il faut se reporter aux catégories d'effectifs.

  • Produit intérieur brut (PIB)
    Le produit intérieur brut (PIB) par industrie mesure la valeur des extrants d'une industrie moins la valeur des intrants intermédiaires nécessaires au processus de production. Dans ce sens, il s'agit d'une mesure de l'activité économique axée sur les extrants qui est souvent désignée sous le nom de « valeur ajoutée » apportée par un secteur.
    Le PIB est « brut » parce qu'il ne déduit pas la dépréciation du capital et « intérieur » parce qu'il mesure la production réalisée dans les frontières politiques du Canada. Le PIB par industrie est exprimé en prix de base, c'est-à-dire qu'il englobe les taxes payées et les subventions reçues pour les facteurs de production (main-d'oeuvre ou capital).
    Au niveau de l'industrie, le PIB représente la valeur que chaque secteur ajoute au processus de production. Au niveau global, il représente la valeur totale de la production (traditionnelle) de l'économie.
    La section portant sur les sources de données fournit plus de renseignements sur la source des estimations du PIB.
  • Salaire annuel moyen (par employé)
    Le salaire annuel moyen par employé se défini en divisant le total des salaires et traitements versés par le nombre d'employés.

  • Secteur des entreprises
    Définition formulée aux fins de la compilation des indices de productivité du travail. Le secteur des entreprises s'étend à toutes les facettes de l'économie canadienne autres que l'administration publique, les organismes sans but lucratif et les imputations de la valeur locative des logements occupés par le propriétaire du Système de comptabilité nationale du Canada (SCNC). Ces entités ne font pas partie du secteur commercial puisqu'il est difficile de faire part de conclusions sur la productivité du travail dans ces domaines.
    Par conséquent, le secteur des entreprises ne correspond pas à un secteur défini selon le Système de classification des industries de l'Amérique du Nord (SCIAN).
  • Taux de croissance annuel composé (TCAC)
    Il s'agit du taux de croissance sur douze mois appliqué à une variable statistique par l'utilisation d'un montant de base calculé à l'aide de la formule suivante :
    TCAC = ((dernière valeur/première valeur) élevée à la puissance (1 / années)) - 1

  • Taux d'intérêt réel
    Le taux d’intérêt réel est égale au taux d’intérêt sur une emprunte moins le taux d’inflation prévue. Exemple, si le taux annuel d’intérêt sur une emprunte est 8 % et l’inflation prévue est 2 % par année, le taux d’intérêt réel est 6 % par année.

  • Type d'employé (secteur manufacturier)
    L'emploi au sein du secteur de la fabrication est divisé en deux groupes de travailleurs : les employés de la production et les employés administratifs.
  • Valeur ajoutée
    La valeur ajoutée est une mesure de la production nette, c’est-à-dire, l’extrant brut moins l’intrant correspondant à des achats qui a été intégré à la valeur du produit.

  • Valeur ajoutée manufacturière
    La valeur ajoutée manufacturière, une mesure de la production nette, comprend les livraisons manufacturières plus la variation nette des stocks de produits en cours et de produits finis, moins le coût des intrants (i.e. le coût des matières et des fournitures), du combustible et de l’électricité pour les activités manufacturières.
Date de modification :